Bien choisir son prestataire de traduction professionnelle

DSC_0390_Iván_Melenchón_Serrano_MorgueFilePlusieurs critères président au choix de celui/celle qui vous fournira des services de traduction. Il ne faut pas négliger cette démarche de réflexion. Vos traductions sont bien souvent votre image à l’extérieur, il serait dommage qu’une traduction bancale ne ternisse l’image d’un produit / service pourtant de bonne qualité ou vous cause des problèmes juridiques… Voici quelques pistes pour vous guider dans cette réflexion :

1 § Le (bon) profil

Traducteur indépendant ou agence de traduction ? Le choix repose entre vos mains : recourir aux services d’un traducteur indépendant, c’est souvent s’attacher les services d’un professionnel dont vous avez testé et apprécié le travail, ce grâce à quoi s’est bâtie une relation de confiance entre vous deux. Toutefois, le traducteur indépendant reste un être humain qui n’est pas toujours disponible au moment où vous en avez besoin.

Si vous êtes confronté(e) à des demandes urgentes et à un volume de traduction élevé, il sera possible de vous orienter vers une agence, qui aura la capacité humaine et technique pour satisfaire des délais serrés et se rendre disponible en période de fêtes, congés d’été, etc. De plus, l’agence de traduction digne de ce nom met en œuvre une charte de qualité qui comprend différentes étapes conduisant à la validation du résultat final.

On ne le répétera jamais assez : ne négligez donc pas le caractère professionnel de la traduction : le fait de recourir à un collègue / parent qui a vécu 10 ans aux États-Unis d’Amérique ou à un stagiaire dont l’anglais est la langue maternelle ne sont pas des garanties de succès. Si les sociétés françaises consommatrices de traductions (juridiques notamment) préfèrent confier des travaux en langue française aux professionnels et agences de traduction, c’est bien qu’elles pensent obtenir un résultat de meilleure qualité que si la traduction était effectuée en interne !

2 § L’expertise sectorielle

La connaissance du secteur / de la terminologie sectorielle doit être le critère qui préside à votre choix. Un exemple : il est recommandé de confier vos traductions juridiques à des linguistes formés à ce travail et expérimentés dans ce domaine de la traduction. Le droit est un domaine qui ne souffre pas les approximations… Certains secteurs comportent une responsabilité aussi très lourde : ainsi, on préfèrera un traducteur spécialisé pour aborder des traductions médicales.

Dans certaines situations, vous n’avez pas le choix : les traductions à caractère officiel seront confiées à un traducteur assermenté près une Cour d’appel (en France) , elles revêtent alors un caractère officiel. Si cette traduction est destinée à l’étranger, l’officialisation de la traduction sera effectuée de différentes manières selon le pays cible concerné / les circonstances de votre dossier.

3 § La relation client (de qualité)

La relation que vous allez construire avec le prestataire choisi est importante. En effet, outre le caractère déterminant de la relation client-fournisseur, les linguistes utilisent aujourd’hui des technologies qui permettent la création de mémoires de traduction.

Les traductions réalisées pour vous – le client – sont sauvegardées dans une mémoire et réemployées au gré des projets que vous soumettez à votre prestataire. Cet outil permet de garantir une certaine homogénéité de votre production éditoriale, elle permet d’obtenir des gains de productivité. Enfin, grâce à cet outil la fidélité est récompensée, plus vous avez recours à un même prestataire, plus votre mémoire de traduction va s’enrichir, ce qui est souvent synonyme d’économies.

Dans tous les cas, la confidentialité de vos contenus est préservée, la prudence est de mise lorsque vous échangez des fichiers avec des tiers extérieurs à l’entreprise. Vérifiez que le destinataire de vos supports dispose d’un système d’information sécurisé.

4 § Le (juste) prix

La tarification des services de traduction professionnelle est très variée, les prix oscillent généralement entre 0,10 et 0,20 cts. d’euro par mot source pour la seule traduction (sans compter les éventuels travaux prépresse, mise en page, etc.) et dépendent de plusieurs critères : langues cibles et sources, domaine d’expertise, volume de mots / signes, caractère urgent des travaux, travail en soirée ou le week-end, travaux de mise en forme requis, etc.

Il est important de ne pas se focaliser sur le prix au détriment de la qualité : une traduction de qualité demande un minimum de temps et un bon traducteur / une bonne agence / ne va pas brader ses services, dans un secteur d’activité où la demande est forte. Ainsi, il reste difficile de croire qu’une agence située dans un pays à faible coût de main-d’œuvre puisse fournir une traduction en langues européennes de qualité : elle va souvent être contrainte de recourir à des prestataires débutants ou qui peinent à trouver des missions, et la qualité finale va sans doute s’en ressentir.

En conclusion, choisir un prestataire de services de traduction, « c’est comme choisir un GPS » : cela peut vous engager de manière durable, prenez le temps de la réflexion : le traducteur est souvent un véritable conseiller en communication qui a la connaissance de votre public cible ; faites-lui confiance : le traducteur / l’agence connaît la voie à suivre pour atteindre vos objectifs de communication.

A bon entendeur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s