Grand Slam

L’origine de l’expression interroge.

Nous savons que le Grand Chelem est formé par les Championnats d’Australie, de France, des États-Unis d’Amérique, et de Wimbledon. Les joueuses et joueurs qui détiennent ces 4 titres lors d’une année civile accomplissent le “Grand Chelem”.

Héritée du jeu de cartes de bridge, employée au golf depuis 1930, l’expression fût utilisée pour la première fois au Tennis par le chroniqueur du New York Times John Kieran. En 1933, dans Total Tennis, The Ultimate Tennis Encyclopedia, le journaliste américain Bud Collins avait commis un article sur le joueur de tennis australien Jack Crawford, vainqueur des tournois de Wimbledon, Roland Garros et d’Australie, évoquant la possibilité qu’il gagne aussi aux États-Unis d’Amérique.

John Kieran, qui avait été joueur de bridge, écrivait alors :

« Si Crawford gagne, ce sera un véritable Grand Chelem sur les courts. »

L’expression demeure et fait briller les regards des joueurs et joueuses les plus ambitieux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s